Browsing the archives for the Développement local tag.

La «révolution» d’Éric Cantona inquiète les banques…

Uncategorized
yunusMohammed Yunus, prix Nobel de la paix

L’appel d’Eric Cantona a le mérite de rappeler une vérité oubliée : la puissance des banques, des « marchés financiers » n’existe que parce que nous leur faisons confiance. Parce que nous leur déléguons la gestion de notre épargne. Or, la crise financière a montré que les grandes banques ne méritent plus tout à fait notre confiance.

Ce n’est pas l’utilité du service bancaire qui est en question mais le fait que la quasi-totalité des banques fassent du profit non redistribué, de l’évasion fiscale généralisée, pour finalement déposséder les citoyens de leurs force économique.

Autrement dit, toutes les banques ne se valent pas et le fait que notre argent soit placé dans des institutions financières n’est pas un mal en soi. Au contraire, les banques sont utiles au financement de l’économie. Mais la majorité d’entre elles ont aujourd’hui détourné leur fonction et se servent de l’économie au lieu de la servir.

Certains vous invitent à changer de banque et à transférer collectivement votre argent des “banques les plus nuisibles vers celles les plus recommandables” (sic). Nous  approuvons le principe de cette recommandation. Mais votre épargne est-elle bien rémunérée?

Nous préférons, pour notre part, vous proposer de scinder votre argent en deux:

  • la partie “compte courant”, destinée à payer les dépenses de votre famille, compte que vous pouvez très bien laisser à votre banque habituelle
  • la partie “épargne”, c’est à dire vos économies, pour laquelle vous pouvez obtenir une meilleure rentabilité en les confiant à un gestionnaire professionnel, capable d’apporter une réponse personnalisée à vos besoins patrimoniaux.

Le RBE vous propose “l’épargne de partage” ou « Comment habiller Pierre sans déshabiller Paul »

Ce qui, à la réflexion, ne s’écarte pas tellement du système des banques mutualistes comme le Crédit Coopératif ou La Nef. Épargner sans risque, à des taux attractifs  pour accéder aux placements internationaux.

Le Réseau des Bretons de l’Étranger est un réseau professionnel de Bretons expatriés, spécialisé en microfinance, placements et structures de financements solidaires. Installé à La Marsa, Bruxelles, Marrakech, Bangkok, notre label mutualiste et solidaire est un gage de transparence. La mission de RBE est de promouvoir les investissements solidaires, tout en instaurant une démarche qualitative dans le secteur de l’épargne, en offrant des garanties de sérieux aux épargnants.

Comment ça marche ?

1.  La mobilisation de l’épargne:

Le RBE propose une gamme des produits financiers de type capitalisation ou assurance-vie, ou immobilier de banques et intermédiaires financiers sélectionnés. Vis a vis de la banque ou de l’intermédiaire financier, le RBE agit comme apporteur d’affaires. L’épargnant ou investisseur peut ainsi épargner sans risque, à des taux attractifs, en profitant (pourquoi pas?) de sa situation de non-résident fiscal pour accéder aux placements internationaux. La banque ou l’intermédiaire financier reste totalement maître de sa relation avec le client. L’épargnant perçoit légitimement les produits de son épargne, il ne risque rien. Le RBE n’intervient pas dans la gestion du client une fois qu’il a été présenté à la banque ou à l’intermédiaire financier.

2. La microfinance:

Le RBE propose une action solidaire envers les plus démunis. Le RBE, à partir des commissions qui lui sont reversées par la banque ou l’intermédiaire financier, s’engage à utiliser une partie des commissions qui lui sont reversées. Grâce à ce revenu partagé, le RBE soutient  l’action d’accompagnement à des structures locales de microfinance, et notamment à des actions de financement de proximité en faveur des plus fragiles,: femmes célibataires avec enfant(s), jeunes candidats entrepreneurs, salariés en reconversion.

* les prêts de microfinance que RBE réalise sont à taux zéro pour les plus fragiles
* égaux au moins à 25% des revenus (commissions) générés par les placements de l’épargne à la banque ou chez l’intermédiaire financier
* orientés vers les plus fragiles, femmes célibataires avec enfant(s), petits entrepreneurs, candidats entrepreneurs, ONG de microfinance solidaire, associations..

Au final une démarche win-win sans risque pour l’épargnant, sans risque pour la banque ou l’intermédiaire financier, et profitable aux plus démunis par notre intermédiaire.

Si cette démarche vous intéresse, veuillez simplement me contacter par téléphone ou mail.

Comments Off on La «révolution» d’Éric Cantona inquiète les banques…